Page 5 - Magazine Essentiel n25

Version HTML de base

LE BAR À HIBOUX
Dur an t une s ema i ne , au mo i s de ma r s
de r n i e r, l e s London i ens on t pu dé cou-
vr i r un ba r… à h i boux ! Pl us i eur s
ens e i gne s p r opos a i en t dé j à de bo i r e un
ve r r e sur f ond de hu l u l emen t s : au Ja -
pon , à Tokyo, e t c . , ma i s c e l a ne s ’ é t a i t
j ama i s vu en Gr ande Br e t agne . Pour 20
l i vr e s ( 27 eur os ) , chaque v i s i t eur a pu
s e r e l axe r au chan t de s h i boux e t a i ns i
pa r t i c i pe r au f i n anc emen t du c en t r e
Ba r n Owl , cha rgé de l a p r o t e c t i on e t
de l a cons e rva t i on de s o i s e aux .
4
Magazine
ESSENTIEL
Ç
a se passe sur
T
erre . . .
se passe sur
T
rre . . .
PR EM I È R E S PUC E S SOUS - CU TAN É E S E N E N T R E PR I S E
En ce moment, de nombreux canulars présents sur internet concernent l’obligation de faire « pucer » les
nouveaux-nés par la puce RFID (sous-cutanée). Pour l’heure, il s’agit de fausses informations. Mais il n’y
a pas de fumée sans feu : la preuve ! Une entreprise suédoise vient d’installer une puce d’identification
sous la peau de certains de ses employés, sans doute un peu trop candides. Ces derniers se sont portés
volontaires… La motivation officielle de la firme Epicenter est de vouloir « faciliter la vie » sans doute ‘très
compliquée’ de ses salariés. Munis de cette puce, ces derniers peuvent passer des portes sécurisées,
payer leurs commandes à la cafétéria et n’ont plus à se soucier de porter un badge. Mais certains
s’inquiètent de cette fameuse technologie qui se répand progressivement. Ce dispositif, qui a la taille
d’un grain de riz, ne peut-il pas devenir un outil de surveillance et de contrôle absolu des populations ? …
qui serait rendu obligatoire… pour notre sécurité, bien entendu…
UNAMÉRICAIN DÉCÉDÉ
envoie des fleurs à son épouse …
A sa grande surprise, alors que Shelly Golay s’apprête
à passer la Saint-Valentin toute seule, suite au décès de
son mari, elle reçoit un bouquet de roses de la part du
défunt. Celui-ci est accompagné d’une carte et d’un petit
mot : « Joyeuse Saint-Valentin ma chérie. Reste forte ! À
toi pour toujours, je t’aime, Jim. »
Interloquée, elle contacte le magasin de fleurs. Shelly
découvre alors qu’il ne s’agit pas d’un fantôme, mais
d’une douce attention de son mari. En effet, celui-ci a
pris certaines dispositions avant sa mort, de manière à
ce qu’elle reçoive un bouquet de roses à chaque Saint-
Valentin, et ce jusqu’à la fin de sa vie.
I l re trouve la vue
grâce à une eau miraculeuse…
Jean Cairey-Remonay, âgé de 74 ans et habitant à Morteau, dans le Haut Doubs vient
de retrouver la vue grâce à une eau miraculeuse. Malvoyant depuis sa tendre enfance,
il devait subir une importante intervention chirurgicale des yeux, mais celle-ci n’est
plus d’actualité. Pourquoi ? Avant le rendez-vous fatidique, Jean s’est rendu dans la
grotte-chapelle située entre Morteau et Pontarlier, un haut-lieu datant de l’époque des
Druides. L’eau de cette grotte a longtemps fait l’objet de pèlerinages et notamment au
moyen-âge, pour ses vertus de guérison sur les yeux. 3 heures après s’être lavé les yeux,
la vue de cet homme est revenue. Le chirurgien qui devait l’opérer a annulé l’opération
et a déclaré : « Le trou s’est bouché. Et cela semble définitif. J’en suis très étonné. »