Page 45 - Magazine Essentiel n25

Version HTML de base

COMMENT MÉDITER ?
Faire silence intérieurement n’est pas l’apanage des
prophètes ni des maîtres en spiritualité. Cette capaci-
té nous est donnée à tous, elle est le fruit d’un appren-
tissage fort accessible à travers un exercice simple,
universel, répandu dans presque toutes les cultures,
même s’il peut prendre des noms différents : il s’agit
de la méditation. Une manière de pratiquer, particu-
lièrement bien décrite par les bouddhistes, consiste à
se placer dans un état de non- action totale, prélude
à l’apaisement de l’agitation mentale. On n’y parvient
pas forcément dès la première fois : ce n’est pas une
raison pour abandonner, au contraire. L’exercice peut
se pratiquer debout, allongé, en marchant, mais pour
les débuts, mieux vaut privilégier la position assise,
dans un fauteuil ou par terre. On commence par se
couper du monde extérieur : si le téléphone portable
est à portée de la main ou du regard, l’échec est assu-
ré. Ensuite, il faut fermer les yeux et, le dos bien droit,
se concentrant sur la respiration, laisser filer les pen-
sées, c’est-à-dire les observer de la même manière
que, lorsqu’on est dans un train, on observe le pay-
sage. Les pensées se succèdent ainsi, elles sont là, on
les laisse passer sans « monter » dans aucune d’entre
elles. On respire profondément, calmement. Progres-
sivement, on se détend et on entre en contact avec
son corps, puis avec la profondeur de son esprit.
L’OBSERVATION DES PENSÉES
Une fable racontée par les maîtres du bouddhisme
zen résume bien le processus de méditation. Le mé-
ditant est comparé à une montagne et les pensées
aux nuages qui cachent la montagne. Le vent chasse
les nuages couvrant la montagne, comme le souffle
de la respiration va chasser les pensées. Des nuages
passent, d’autres reviennent ; le vent les chasse les
uns après les autres.
Puis les nuages se font plus rares, moins sombres, il
n’y a plus que quelques flocons perdus dans le bleu du
ciel. Au bout d’un certain temps, ils disparaissent. La
montagne apparaît alors dans toute sa majesté. Ainsi
en va-t-il des pensées, ces nuages qui brouillent la réa-
lité de l’esprit et empêchent le lâcher-prise intérieur,
l’émergence du Soi. Comme tout exercice physique
ou mental, la méditation demande à être pratiquée
avec régularité afin d’être maîtrisée. C’est un exercice
quotidien auquel on se livre d’abord à petites doses :
cinq minutes, puis dix minutes, un quart d’heure, une
heure quand on devient un méditant aguerri.
44
Magazine
ESSENTIEL
S
AVOIR- ÊTRE