Page 26 - Magazine Essentiel n25

Version HTML de base

instein a déclaré que sa plus grande dé-
couverte fut de savoir que l’univers était
cordial. C’était sa façon de reconnaître
l’existence d’un pouvoir supérieur qui
nous soutient sous des formes qui dé-
passent notre entendement, quels que
soient les efforts que nous faisons pour comprendre
notre place dans l’univers.
LA QUÊTE DE L’AMOUR
Nous avons tous été un jour enfants, et nous nous
sommes naturellement tournés vers nos parents
pour qu’ils nous aiment et subviennent à nos be-
soins. Une fois adultes, nous recherchons cet amour
auprès de nos partenaires et de nos amis. Nous cher-
chons l’amour à l’extérieur et comptons bien l’y trou-
ver. Malheureusement, cette stratégie de la quête
d’amour ne marche qu’un temps, tout au mieux.
C’est une expérience temporaire et non pas éter-
nelle, qui a un début et une fin. L’amour des autres
va et vient, il n’est pas stable. Quand il est présent,
nous sommes heureux, et quand il est absent, nous
sommes tristes et éprouvons parfois même le senti-
ment d’avoir été maltraités ou trahis.
Mais l’amour que nous donnent les autres est en
majeure partie conditionnel. Les gens nous aiment
parce que nous satisfaisons leurs besoins du mo-
ment. Lorsque nous cessons de le faire, leurs senti-
ments changent et ils trouvent un autre objet d’affec-
tion. Il existe, évidemment, des exceptions. Certaines
personnes nous aiment de manière inconditionnelle,
mais il y en a peu, au cours de notre existence, et
elles ne sont capables de nous offrir cette sorte
d’amour que parce qu’elles-mêmes ont trouvé la
source intérieure d’amour.
LA SOURCE D’AMOUR
La source d’amour se trouve profondément enfouie
en nous. Elle est semblable à une nappe phréatique
irriguant les plantes du désert. La Source est tou-
jours là. Elle demeure au fond de notre cœur mais,
tout comme la respiration, nous ne la remarquons
pas souvent. Le souffle nous maintient en vie mais
nous n’en connaissons pas l’origine. Il représente
une sorte d’échange avec l’univers auquel nous
participons inconsciemment. Nous n’en éprouvons
même pas de reconnaissance, car nous ne l’avons
pas demandé et n’avons rien fait pour mériter le droit
de respirer. Il est simplement venu accompagner le
corps. Or, le corps lui-même est un mystère.
Vous et moi sommes un mystère. Nous ne savons
pas pourquoi nous sommes ici ou comment nous en
sommes venus à exister. La vie nous a été offerte,
mais nous ne savons pas que c’est un cadeau.
Sous la surface de la vie coule une source profonde.
Chacun de nous a une capacité d’amour totalement
époustouflante et miraculeuse. Les grands maîtres
comme Jésus et Bouddha nous l’ont montrée. La
source qui les a nourris est la même que celle qui se
trouve dans notre cœur.
Dans ce monde, le cœur peut ressembler à un chas-
seur solitaire, mais c’est dans sa nature même
que de donner et de recevoir l’amour. Vous et moi
sommes ici pour aimer. C’est notre finalité et notre
destinée. Ce que nous ne comprenons pas, c’est
que l’amour commence et finit dans notre propre
conscience. Son flot coule en nous en direction des
autres puis revient vers nous.
Pour recevoir l’amour, nous devons en donner, et
pour le donner, nous devons en recevoir. Voilà la for-
mule dans sa simplicité.
DONNER ET RECEVOIR
La plupart d’entre nous désirent être les premiers à
recevoir l’amour, mais peu d’entre nous souhaitent
être les premiers à en donner. Pour donner de
l’amour, vous devez savoir où il se trouve en vous.
Vous devez planter profondément vos racines. Vous
devez plonger dans la Source. Peut-être méditez-
vous, ou vous promenez-vous en forêt ou le long d’un
cours d’eau. D’une manière ou d’une autre, vous
faites le calme en vous et vous ouvrez pour recevoir
l’énergie d’amour. D’une certaine façon, vous ouvrez
votre cœur comme vous ouvrez la bouche pour rece-
voir l’air que vous inspirez. Lorsque le cœur s’ouvre
en réception, il rend automatiquement l’amour à son
tour. Il est conçu pour donner et recevoir de la même
façon que les poumons sont conçus pour absorber
et rejeter l’air. Le cœur ne peut pas recevoir d’amour
sans le rendre à son tour.
L’amour est un système circulatoire, comparable au
sang qui entre et sort du cœur ou l’air qui entre et
sort des poumons.
Magazine
ESSENTIEL
25
E