nouveau-logo-final2

  • Créer un compte

banniere Essentiel nouvelle Fr Qc

visuel-boutique-accueil nouveau magazine-pdf-1-euro

tourisme-autrement

Entretien avec Christian Tal Schaller

A l’occasion du grand rassemblement spirituel « Science et Conscience » au Zénith de Toulouse au mois de mai, les journalistes du magazine Essentiel ont rencontré pour vous plusieurs grands noms de la spiritualité contemporaine. Parmi eux, nous avons eu la joie d’échanger avec le docteur et enseignant Christian Tal Schaller et sa lumineuse compagne, Johanne Razanamahay. Ils partagent ici avec nous les enseignements de leurs riches expériences, nés de leurs nombreux voyages et de leur propre exercice de la médecine et de la spiritualité…

Magazine Essentiel :
Bonjour Christian, cela fait maintenant plus de 30 ans que vous oeuvrez, écrivez et enseignez pour
transmettre les clés d’une nouvelle médecine, globale ou holistique, au-delà des dogmes de la médecine officielle. Après vos études dans ce domaine, vous vous êtes rapidement aperçu des limites de la science médicale occidentale, exclusivement matérialiste. Pouvez-vous nous dire ce qui a déclenché en vous cette prise de conscience et vous a conduit vers les médecines naturelles, dites « douces » ? Est-ce un événement en particulier, une rencontre décisive ou quelque chose d’autre ? Pouvez-vous nous parler de votre parcours initiatique ?

Christian Tal Schaller :
Effectivement, après avoir exploré et atteint les limites de la médecine purement physique et chimique, je me suis orienté vers les médecines dites « douces », naturelles. Puis, par ma propre
expérience sur le terrain et avec de nombreux patients, je me suis rapidement aperçu que pardessus
tout, le plus important était l’éducation du patient lui-même jusqu’à ce qu’il parvienne à prendre en main sa propre santé, d’une manière autonome. C’est pourquoi – avec l’aide de ma compagne Johanne Razanamahay – j’ai orienté de plus en plus ma démarche vers le développement de méthodes naturelles et pratiques qui, au lieu de rendre les patients esclaves de produits étrangers,
leur permettent d’aller vers une autonomie de la santé dont nous sommes et devons demeurer les
seuls maîtres.

M. E : Comme vous le montrez de nouveau à travers ces propos, vous avez toujours tenu un discours très ouvert à travers vos multiples interventions dans le monde entier, que ce soit dans le domaine médical ou dans le développement personnel ou spirituel. Vous proposez un large éventail de méthodes qui ne se limitent pas à un dogme scientifique ou médical particuliers. D’où tenez-vous cette universalité ? Quelqu’un vous a-t-il inspiré ce sens de l’ouverture et de la connaissance universelle ?

C. T. S : J’ai eu la chance d’être l’un des derniers disciples du professeur Edmond Bordeaux- Szcekely, un homme exceptionnel, d’une rare érudition et connaissance de toutes les cultures du monde, doublé d’une ouverture spirituelle d’une grande richesse. C’est en partie grâce à lui que fut découverte cette merveilleuse Tradition des Esséniens qui a illuminé le monde il y a plus de 2000
ans, à travers notamment l’enseignement universel du Maître Jésus.

Mais d’autre part, je dirai que malgré les grandes richesses que l’on peut découvrir dans toutes les traditions, elles ont néanmoins leurs limites et peuvent toutes devenir des prisons. C’est pourquoi – comme le préconise le dernier livre de ma compagne Johanne Razanamahay, « La chamane sauvage, libéré de toutes les traditions » – nous nous sommes orientés vers une médecine et un développement personnel qui ne sont rattachés à aucun courant en particulier, mais qui cherchent à extraire le meilleur de chacun d’entre eux.

Nous nous sommes toujours attachés à ne jamais laisser entrer en nous et entre nous et les autres, ce poison de la division et du sectarisme qui a toujours fini par salir les choses les plus belles et les plus sacrées.
Dans le domaine de l’alimentation par exemple, nous n’avons rien inventé. Nous transmettons la connaissance et le savoir-faire des Esséniens de Palestine, comme l’enseigne également aujourd’hui
l’Institut Hippocrate, héritier de la synthèse de Bordeaux-Szcekely.

M. E : Quelle est donc la particularité de votre enseignement et de votre savoir-faire en terme
de santé holistique ?

C. T. S : Notre particularité, notre axe principal de travail est la gestion des émotions et du
sychisme humain. Car si aujourd’hui, la médecine traditionnelle s’attache uniquement à soigner les
symptômes et la médecine naturelle la cause de ces symptômes, aucune des deux ne soigne la cause
des causes.
Or, celle-ci se trouve précisément dans la sphère des sentiments et des émotions dont nous sommes envahis quotidiennement, et bien souvent à notre insu et malgré nous. Par notre travail et nos expériences, nous nous sommes aperçus que beaucoup de maladies proviennent d’une division
psychique à l’intérieur d’un même individu, qui entre en conflit avec lui-même.

L’homme devient alors un agrégat de « sous-personnes psycho-actives » (SPPA), elles-mêmes divisées entre elles et bien souvent contradictoires. Par exemple, un homme va être un grand enseignant, un brillant orateur admiré par tout son entourage, mais rentré au foyer, il changera de visage et sera un mauvais père rongé par la colère ou un mauvais mari infidèle et instable, etc.
Bien souvent, ce « sous-personnage » du mari colérique ou de l’épouse jalouse est ainsi parce que dansson enfance ou son adolescence, il a été entouré par de tels êtres dont il a reçu inconsciemment les « graines » de la jalousie ou de la colère. Et ce sont ces « sous-personnes psycho-actives » et semiconscientes qui engendrent la plupart du temps les maladies, même physiques. Alors, par ce que nous appelons et pratiquons comme la « psychothérapie spirituelle », nous apprenons aux gens à comprendre, à discerner les mécanismes subtils qui font que tel ou tel personnage en eux prend telle place et que tel autre personnage prend telle autre place, étouffant parfois le premier personnage et empêchant l’individu de s’épanouir dans sa globalité.

En éveillant progressivement les facultés intuitives de leurs cerveaux droits, nous apprenons ensuite à nos patients à voyager dans des mondes de Lumière.
Puis, forts des révélations et des énergies reçues, ils peuvent alors descendre dans leur passé pour
y guérir les mémoires et les réflexes de souffrance inconscients de leurs sous-personnages malades.
Nous avons ainsi aidé de nombreuses personnes à guérir même de cancers qui étaient liés à ce
principe des SPPA. Nous avons l’exemple de l’un de nos élèves qui suivait un Maître spirituel, mais qui
s’aperçut un jour que ce Maître n’était pas du tout un Maître sur le plan financier et que c’était même catastrophique. Un peu furieux, il vint nous voir pour nous dire qu’il allait le quitter. Mais nous lui avons dit que non, qu’il devait lui apporter sa maîtrise sur ce plan, tout comme ce Maître l’aidait
sur le plan spirituel. Cela voulait tout simplement dire que le personnage de l’enseignant dans ce
Maître était épanoui et fort, mais que dans l’aspect économique de sa vie, il n’avait aucune maîtrise et qu’il devait entrer dans l’apprentissage. C’est une vision très dynamique et positive de la vie que
nous transmettons ainsi à tous ceux et celles qui s’approchent de nous.

M. E : Mais alors, comment faire pour équilibrer nos différents « personnages intérieurs » dans ce monde de déséquilibre où la vie intérieure est devenue un territoire totalement à l’abandon ?

C. T. S : Il faut apprendre à gérer ses émotions. C’est-à-dire : ne pas les refouler en se renfermant sur soi-même, ni se défouler en les déversant sur l’autre et en lui faisant du mal. Il faut trouver le juste équilibre, la « Voie du Milieu », comme l’enseignait le Bouddha. Lors de mes nombreux voyages à la rencontre des différents peuples premiers de la Terre, j’ai été très étonné de voir comment ils géraient et vivaient leurs émotions.

Quel que soit leur âge, chacun d’eux était semblable à un enfant de trois ans, exprimant ses émotions dans l’instant, sans rien refouler ni défouler, mais dans une spontanéité des plus naturelles. Ainsi, ils ne tombaient quasiment jamais malades et n’avaient jamais de conflits entre eux puisque tout était toujours réglé dans l’instant et naturellement, sans aucune animosité, mais dans la simplicité. Il n’y a donc rien à inventer. Nous devons seulement retrouver la sagesse des anciens…

 banniere courte cartes virtuelles bis

 

 

 

 

Banniere-Nuad-Thai

oracles-voyance

quart pub dia sport

 

ESSENTIEL UNE AUTRE VISION DU MONDE

Essentiel est le magazine spirituel le plus lu en France, respecté pour la qualité de ses articles et la beauté de son design. Essentiel a pour mission de permettre à chacun d’avoir accès au chemin spirituel qui lui convient, sans dogme ni jugement. S’inspirant du diamant à multiples facettes, les articles présentés dans le magazine Essentiel ne sont jamais le reflet d’une pensée unique, mais plutôt d’un respect de toutes les voies qui mènent vers la Source. Essentiel veut promouvoir l’ouverture, la tolérance, l’amitié, le respect et l’éveil libre de la conscience. Il n’est lié à aucune idéologie religieuse, philosophique ou politique.

Lire notre vision

AVERTISSEMENT

Les articles et publicités contenus dans ces pages paraissent sous la seule responsabilité de leur auteur ou annonceur. Essentiel ne peut être tenu responsable des informations diffusées sur ce site par les annonceurs ni de l'utilisation qui en est faite par les utilisateurs.
Pour tout problème de santé les lecteurs sont invités à consulter leur médecin traitant. Tous les droits de reproduction, même partielle, sont strictement réservés pour tous pays.